Cérémonie de clôture des travaux des ateliers sur la filière lait

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter

Monsieur Chérif  OMARI, ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, a procédé, le mardi 18 février 2020, au siège de la Chambre Nationale de l’Agriculture à la cérémonie de clôture des travaux des ateliers sur la filière lait, organisés le 16 et le 17 février 2020.

Ont pris part à cette rencontre, les présidents et les secrétaires généraux des chambres de l’agriculture, les membres du conseil national interprofessionnel de la filière lait, les représentants des laiteries, les directeurs des instituts techniques spécialisés ainsi que des cadres du ministère.

Lors de cette rencontre, les recommandations émanant de la part des participants aux quatre ateliers ont été lues. Le premier atelier a porté sur l’organisation de la filière lait et le deuxième sur les obstacles et les solutions relatives à l’alimentation du bétail. Le troisième atelier a abordé la question de la numérisation du bétail et de l’amélioration génétique. En ce qui concerne  le quatrième atelier les participants ont examiné aussi la question de la collecte, la transformation et la commercialisation du lait et ses dérivés.

L’organisation de ces ateliers fait partie des recommandations issues de la première réunion nationale sur le développement de la filière lait, organisée le 14 novembre 2019 à Ghardaïa.

Monsieur le ministre a salué la qualité des recommandations issues des ateliers qui sont au cœur des objectifs attendus par le secteur en matière de modernisation de la filière et la valorisation de la production nationale. Il a également souligné que les pouvoirs publics suivront sérieusement la mise en œuvre de toutes ces recommandations et prendront des mesures opérationnelles basées sur la mise en place des groupes de travail mixtes composés de tous les acteurs et les intervenants dans la filière. Monsieur OMARI, a également insisté sur la nécessité de dynamiser cette  filière stratégique à travers la création de coopératives et  de groupements en sollicitant la recherche scientifique et la formation, notamment dans le domaine de l’amélioration génétique et l’insémination artificielle, l’intégration des jeunes innovants pour développer cette activité et augmenter la production nationale du lait en vue de s’en sortir progressivement de la dépendance aux importations qui coûtent énormément d’argent à l’État.