Direction Générale Des Forêts

La lutte contre la désertification

Introduction

La lutte contre la désertification, qui est également une lutte contre la pauvreté, ne peut s’inscrire que dans le décloisonnement sectoriel afin de permettre aux actions de l’Etat de bénéficier de la synergie et des complémentarités intersectorielles à travers le renforcement des mécanismes nationaux de coordination intégrés dans les programmes nationaux de développement et à même d’assurer l’emploi rationnel de toutes les ressources financières disponibles par la mobilisation de tous les secteurs concernés en vue d’assurer la mise en œuvre synchronisée d’une politique cohérente.

1– L’Algérie ayant ratifiée la convention des nations unies sur la lutte contre la désertification par décret présidentiel,  le 22 janvier 1996 s’est engagée:

  • que dans un esprit de partenariat, instituer une coopération entre les pouvoirs publics à tous les niveaux, les collectivités, les organisations non gouvernementales et les exploitants des terres pour faire mieux comprendre, dans les zones touchées, la nature et la valeur de la terre et des rares ressources en eau, et pour promouvoir une utilisation durable de ces ressources ; et

  • à s’assurer  que les décisions concernant la conception et l’exécution des programmes de lutte contre la désertification et/ou d’atténuation des effets de la sécheresse soient prises avec la participation des populations et des collectivités locales ;

Et conformément l’article 9 de son annexe I, l’Algérie est appelé à mettre en place un organe de concertation « pour jouer le rôle de catalyseur dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation de son programme d’action national».

Cependant, l’organe national de coordination (ONC/LCD)-Algérie a été créé par arrêté du ministre de l’Agriculture en juin 1998, et depuis plusieurs nouveaux départements ministériels ont vu le jour, ainsi que de nouvelles institutions, raison pour laquelle il a été jugé utile de rajouter d’autres membres à la composition de l’organe national. 

Par ailleurs, vu l’adoption de nouvelles résolutions lors des conférences des parties de la convention relatives à la neutralité de dégradation des terres, la préservation de la biodiversité et la résilience au changement climatique, et pour les appliquer le secteur doit impliquer les autres départements ministériels et les institutions existantes à l’image de la délégation des risques majeures, le centre de développement des énergies renouvelables… 

2– Aussi, en application des résolutions du Conseil Interministériel tenu le 21/09/2019 qui viennent réconforter les programmes mis en place par le secteur de l’agriculture, il a été décidé de la relance et de la réhabilitation du projet du Barrage vert, avec l’installation d’un dispositif permanent au niveau du secteur concerné, lequel s’emploiera à la préparation, à la concrétisation et au suivi permanent de cette opération.

Et dans ce cadre là,  il y a lieu de souligner également et ce en conformité  des  dispositions du décret exécutif n° 20-128 du 28 Ramadhan 1441 correspondant au 21 mai 2020 fixant les attributions du ministre de l’agriculture et du développement rural, notamment son article 09, la proposition de création d’une nouvelle direction dédiée au barrage vert à travers « la direction de la lutte contre la désertification et du barrage vert »

L’organe de coordination est composé de  représentants de 16 ministères  et 11 organismes chargés de la mise en œuvre des orientations des différentes conventions en relation avec les thématiques du projet de décret.  Aussi, il y a lieu de signaler que des représentants de la société civile sont impliqués dans la composition de l’organe.

L’organe est chargé d’assurer la coordination intersectorielle pour deux volets.

1. En matière de lutte contre la désertification et l’atténuation de la sécheresse, il a pour missions

1-  de contribuer à l’élaboration de la stratégie et du programme national de lutte contre la désertification et d’atténuation des effets de la sécheresse ;

2- d’assurer la coordination de la mise en œuvre du programme national de lutte contre la désertification et d’atténuation de la sécheresse et de son évaluation ;

3 – de veiller à la cohérence des programmes sectoriels en matière de lutte contre la désertification et d’atténuation des effets de la sécheresse ; 

4 – de veiller à la mise en œuvre de la convention des nations unies sur la lutte contre la désertification et d’atténuation de la sécheresse ; 

5 – d’examiner et de valider le rapport annuel sur l’état d’application du programme national de lutte contre la désertification et d’atténuation de la sécheresse ;

6 – d’examiner et de valider le rapport national de l’état de mise en œuvre de la convention sur la lutte contre la désertification et d’atténuation de la sécheresse, élaboré en concertation avec les secteurs concernés ;

7 – d’assurer le suivi de la mise en œuvre des résolutions des conférences des parties de la convention des nations unies sur la lutte contre la désertification et l’atténuation de la sécheresse 

8 – de désigner le ou les secteurs concernés devant prendre part aux conférences des parties.

2. Et en matière de relance du barrage vert, il a pour missions :

1 – d’examiner et de valider le plan d’action de réhabilitation, d’extension et du développement du barrage vert élaboré en concertation avec les secteurs concernés ;

2 – d’assurer le suivi de la mise en œuvre du plan d’action de réhabilitation, d’extension et du développement du barrage vert, et de son évaluation ;

3 – d’examiner et de valider le rapport annuel sur l’état d’avancement des travaux du barrage vert.

aussi, il est chargé:

1 – de veiller à assurer la synergie et le bon fonctionnement des comités locaux mis en place à cet effet ;

2 – d’examiner et de donner un avis sur tout texte législatif et réglementaire en matière de lutte contre la désertification et d’atténuation de la sécheresse, de réhabilitation, d’extension et du développement du barrage vert ;

 3 – d’examiner les besoins des secteurs concernés en formation et recherche en matière de lutte contre la désertification, d’atténuation de la sécheresse et de réhabilitation, d’extension et du développement du barrage vert ;

4 – de déterminer les besoins en matière d’assistance financière et de coopération technique dans les domaines de lutte contre la désertification, d’atténuation de la sécheresse et de réhabilitation, d’extension et du développement du barrage vert et les classer par ordre de priorité.

L’organe sera suivi par l’installation : de comités locaux au niveau des wilayas chargés de la mise en œuvre du programme national de lutte contre la désertification et d’un comité technique chargé de la recherche en relation avec les missions de l’organe  au niveau de l’institut national de la recherche forestière, dont la composition et le fonctionnement seront fixés par arrêté du ministre chargé des forêts.