Economie Bleue

Quelques indicateurs clés pour l’Algérie :

  • Près de 15 millions d’algériens vivent dans les wilayas côtières et près de 67 % du tissus industriel du pays est concentré au nord de l’Algérie.
  • On estime aujourd’hui à 7 millions d’algériens qui ont, pour leur subsistance, un lien direct ou indirect avec la mer.
  • Près de 500 000 personnes ont un emploi direct lié à la mer et au littoral. Au moins un millions de personnes ont un emploi lié indirectement à la mer et aux côtes.
  • L’Etat a investit au cours de ces vingt dernières années plus de 40 milliards de USD dans les infrastructures et les équipements maritimes et côtiers couvrant une multiplicité d’activités, allant des infrastructures portuaires, les navires, les installations énergétiques et celles dédiées au dessalement de l’eau de mer ainsi que les infrastructures de l’assainissement. On retrouve également parmi ces réalisations les ouvrages de protection, les équipements liés à la pêche, l’aquaculture, les activités agroalimentaires associées aux produits de la mer, notamment, de la transformation, du froid et du conditionnement,  la construction et la réparation navales, les équipements de surveillance et de contrôle et toutes les activités annexes ont également nécessité la mobilisation d’un financement public substantiel.

Les estimations récentes réalisées sur le potentiel en économie bleue et dans un scénario réaliste indiquent que le développement de l’économie bleue est en mesure de créer plus de 150 000 nouveaux emplois dans les métiers de la mer à l’horizon 2022-2023. De même, le développement et la diversification des activités marines et maritimes pourraient générer annuellement des recettes de l’ordre de 3-4 milliards USD entre 2023-2025.

L’Algérie qui a assuré avec la France durant l’année 2018 la coprésidence du Comité Directeur de l’initiative West Med pour le développement de l’économie bleue en Méditerranée occidentale, a abrité les 3 et le 4 décembre 2018 deux événements majeurs organisés par le Ministère de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche avec l’appui du Ministère des Affaires Etrangères.

1. La Conférence des parties prenantes pour le développement durable de l’économie bleue en Méditerranée occidentale, le 03 décembre 2018.

2. La Conférence Ministérielle de l’initiative WestMed pour le développement durable de l’économie bleue en Méditerranée occidentale, le 04 décembre 2018.

Ces deux évènements ont bénéficié du soutien de l’Union Européenne à travers le Mécanisme d’Assistance et de celui de l’Union pour la Méditerranée (UpM) et les travaux se sont déroulés en deux journées. La première journée a été consacrée aux consultations techniques entre les différentes partenaires et pays du dialogue 5+5 de la Méditerranée occidentale (Algérie, Espagne, France, Italie, Lybie, Malte, Maroc, Mauritanie, Portugal, Tunisie). La seconde journée (04 décembre) présidée conjointement par l’Algérie et la France, a été consacrée au dialogue de haut niveau entre ministres et chefs de délégations des pays des deux rives de la Méditerranée et des organisations partenaires (Union pour la Méditerranée, Union du Maghreb Arabe).

Ces deux évènements ont été organisés dans le cadre de l’initiative WestMed pour le développement durable de l’économie bleue en Méditerranée occidentale des pays du « Dialogue 5+5 » qui ont convenu de mener une action conjointe visant à renforcer les capacités et à développer les compétences sur l’économie bleue et à mettre en place des instruments de mise en réseau pour les mécanismes de financement disponibles. L’initiative WestMed repose sur un effort collectif des pays participants, de la Commission européenne, du Secrétariat de l’Union pour la Méditerranée (UpM), ainsi que les membres observateurs du Comité directeur WestMed conformément au règlement intérieur du Comité.

L’Initiative peut ainsi s’appuyer sur, entre autres :

• le dialogue régional sur la politique maritime et l’économie bleue sous l’égide de l’Union pour la Méditerranée;

• la coopération en matière de gestion des pêches, récemment renforcée par le processus de Catane lancé par la Commission européenne en 2016 et la déclaration MedFish4ever signée en 2017, ainsi que les différentes stratégies de la Commission Générale des Pêches pour la Méditerranée relatives à la pêche et l’aquaculture,

• la coopération en matière de gestion des pêches, renforcée par le processus de Catane lancé par la Commission européenne en 2016 et la coopération en matière de développement durable de l’aquaculture, dans le cadre de la Commission Générale des Pêches pour la Méditerranée ;

La coopération dans le cadre de la Convention de Barcelone pour la protection de l’environnement marin et des régions côtières de la Méditerranée ainsi que les efforts de mise en œuvre de la Stratégie méditerranéenne pour le développement durable dans le cadre de l’Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable.

A l’ouverture des travaux de la première journée technique, Monsieur Abdelkader Bouazghi, Ministre de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche a souligné les défis communs auxquels doivent faire face les pays de la région Ouest de la Méditerranée. Il a également mis en relief les efforts substantiels consentis par l’Algérie dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de son Excellence, Monsieur Abdelaziz Bouteflika, Président de la République en matière d’infrastructures et d’équipement dans les domaines marins, maritimes et côtiers, y compris les conséquents investissements pour protéger la mer Méditerranéenne et ses écosystèmes. Il a souligné aussi les besoins en matière de construction et de renforcement de compétences dans les différents domaines que couvre l’économie bleue.

Les travaux de la Conférence des parties prenantes pour le développement durable de l’économie bleue en Méditerranée occidentale, qui a connu la participation de près de 350 Experts de différentes nationalités, ont permis d’identifier 31 projets qui devront faire l’objet d’une analyse en vue de sélectionner celles qui seront portées par des consortiums auprès des bailleurs de fonds. Ces travaux ont également permis de procéder à l’identification des sources de financement dans le cadre des programmes européens (UE), ceux de l’UpM et de la convention de Barcelone (PAM) pouvant soutenir la mise en œuvre de l’économie bleue en Méditerranée occidentale. La conférence des parties prenantes a enfin permis d’approfondir le dialogue entre les parties prenantes des pays de l’Ouest de la Méditerranée sur l’économie bleue.

Lors de la Conférence Ministérielle, le Ministre de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche a souligné le caractère prioritaire de l’économie bleue dans l’agenda de la Méditerranée, il a également fait le lien avec l’expression d’une meilleure prise de conscience de l’importance de la question et de ses impacts sur la paix et la stabilité de la région.

Il a également précisé que la tenue de la rencontre d’Alger vient opportunément rappeler les enjeux associés à l’économie bleue, notamment en matière de développement socio-économique, de sécurité alimentaire, de création d’emplois, de renforcement de la résilience face aux effets des changements climatiques et de protection de l’environnement.

Le Premier Responsable du Secteur de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche a également rappelé que le développement durable et la prospérité économique et sociale demeurent un objectif fondamental pour lequel les parties devront œuvrer ensemble, dans un cadre commun de coopération aux retombées positives sur la région. L’établissement d’une coopération active et effective entre les pays des deux rives de la Méditerranée est une nécessité pour mieux exploiter le potentiel qu’offre l’économie bleue. Par ailleurs il a considéré que la Conférence d’Alger constitue une étape importante pour consolider la coopération régionale dans le domaine de l’économie bleue en Méditerranée occidentale permettant ainsi d’aller vers de nouveaux projets de coopération concrets et réalisables sur la base des six axes prioritaires communs adoptés dans la Feuille de route annexée à la Déclaration Ministérielle.

La Conférence Ministérielle de l’initiative WestMed pour le développement durable de l’économie bleue en Méditerranée occidentale a été sanctionnée par la signature de la déclaration ministérielle d’Alger qui constitue un gage politique des pays des deux rives de la Méditerranée pour le développement de l’économie bleue en Méditerranée occidentale. Cette déclaration est accompagnée d’une feuille de route pour la mise en œuvre de cette initiative.