Installation des unités de recherche et lancement officiel de leurs activités

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter

Monsieur Chérif OMARI, Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, a présidé, le jeudi 30 avril 2020, une journée d’étude durant  laquelle il a procédé à l’installation des directeurs de six unités de recherche au niveau des instituts de la recherche technique et scientifique du secteur.

Cette réunion, à laquelle ont pris part les cadres du ministère et les directeurs  des instituts techniques,  est consacrée au lancement officiel des activités de ces unités nouvellement créées au niveau de cinq instituts.

Parmi ces unités de recherche, deux (2) ont été créées auprès de l’Institut national de la protection des végétaux (INPV). La première est dédiée au développement des stratégies de surveillance et de détection des fléaux agricoles, la seconde traite du développement de nouvelles techniques de protection phytosanitaire des cultures.

Une unité de recherche sur le développement des grandes cultures a été créée auprès de l’Institut technique des grandes cultures (ITGC).

Une unité de recherche sur la communication et l’appui conseil en milieu agricole et rural a été créée auprès de l’Institut national de vulgarisation agricole (INVA).

Une autre unité dédiée à l’amélioration de la production, de la productivité et de la qualité des produits arboricoles et viticoles a été créée auprès de l’Institut technique de l’arboriculture fruitière et de la vigne (ITAFV), et une unité a été créée auprès de l’Institut technique des cultures maraichères et industrielles (ITCMI) dédiée au système de production sous serre.

En plus de ces unités, d’autres seront installées auprès des instituts restants et des groupes économiques sous tutelle.

En outre, monsieur le ministre a souligné que le lancement effectif d’ activités de six unités de recherche s’inscrit dans le cadre de la concrétisation des mesures adoptées pour soutenir la recherche scientifique dans le secteur de l’agriculture et du développement rural à travers la mise en œuvre du   plan d’action du gouvernement qui prévoit le développement des systèmes de production, la modernisation  de l’agriculture et l’exploitation de tous les outputs de la recherche scientifique, invention, compétences et innovations en vue de promouvoir ce secteur stratégique .

Dans le même contexte, monsieur OMARI a salué le travail réalisé par la direction de la Recherche Scientifique et de la Vulgarisation (DFRV) au niveau du ministère avec la participation des cadres des instituts techniques, et ce, en collaboration avec le secteur de l’Enseignement Supérieur et la Recherche Scientifique, qui a contribué au lancement effectif des activités de ces unités.

Par ailleurs, monsieur le ministre a également valorisé la décision du gouvernement relative à la mise en place d’un Conseil National de la Recherche Scientifique et des Technologies, qui sera un soutien pour la dynamisation de la recherche et le potentiel  naturel, notamment l’eau et les énergies renouvelables, ainsi que les mécanismes de développement des investissements.

Ces unités stratégiques  ont pour objectif de traiter  l’ensemble des problématiques liées à la production, la protection des végétaux et  la santé animale en vue de développer  la production et  la productivité agricoles, de moderniser les systèmes de production et d’améliorer la sécurité alimentaire.

Monsieur le ministre a également ajouté que ces unités de recherche seront soutenues par d’autres mesures liées à la numérisation du secteur agricole, notamment ce qui est actuellement en cours de réalisation par le Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural concernant la vérification des données relatives à la gestion du foncier agricole au niveau national, ce qui contribuera à donner plus de  transparence et  une vision claire sur les capacités disponibles.

En outre, des applications sont actuellement utilisées pour contrôler les prix des produits agricoles au niveau des marchés de gros et de détail avec la participation du secteur du commerce. Monsieur OMARI a également révélé l’existence d’autres applications liées à l’identification des zones d’ombre et à leurs conditions de vie en vue d’exploiter ces données par tous les services intervenants dans ces zones afin de soutenir rapidement les travaux sur le terrain.