Monsieur le ministre préside la cérémonie d’installation officielle du Comité sectoriel permanent de la recherche scientifique et du développement technologique

Le Ministre de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche, Monsieur Cherif OMARI, a présidé, le lundi 15 juillet à l’INRAA, avec le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique,  Monsieur Tayeb Bouzid en présence du ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Monsieur Belkheir Dadamoussa, la cérémonie d’installation officielle du Comité sectoriel permanent de la recherche scientifique et du développement technologique.

Au cours de cet événement, Monsieur le ministre a précisé  que l’installation de la commission permanente constituait un nouveau jalon dans l’édifice de développement du monde agricole et le couronnement d’un long processus global visant à assurer une participation effective dans la gestion, le suivi et l’évaluation des activités de recherche scientifique dans le secteur en vue de cerner et lever les lacunes et définir le perspectives de la recherche scientifique dans le domaine agricole.

Aussi, le ministre a indiqué que l’installation de cette commission vise aussi à cristalliser les efforts par la promotion, la coordination et l’évaluation des activités et aboutir à la mise en place d’une stratégie de développement de la recherche, d’appui à la formation des chercheurs, d’amélioration de leurs compétences et de vulgarisation des résultats de la recherche scientifique au service du développement du monde agricole.

Par ailleurs, Monsieur le ministre a estimé que les enjeux en matière de développement agricole, de développement des systèmes de production et de consommation et de réduction de la dépendance dans plusieurs filières nous imposent de trouver les meilleures voies qui permettent de continuer à hisser la production et la productivité au moyen de la technique et de l’innovation scientifique, soulignant que l’option stratégique de modernisation de l’agriculture en Algérie n’est pas nouvelle car elle sous-tend tout acte de développement.

Concernant la convention de coopération, Monsieur  le ministre a indiqué qu’elle s’inscrivait dans le cadre de l’appui aux systèmes de recherche et de développement y compris l’orientation agricole devenue impérative vu les nouveaux besoins des producteurs et différents opérateurs économiques dans la conjoncture actuelle marquée par la mondialisation de l’économie notamment agricole outre la libération des marchés, la privatisation et la décentralisation.

Recherche