Rencontre avec les cadres de la direction générale de la pêche et de l’aquaculture

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter

Monsieur Chérif OMARI, Ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, a présidé, le dimanche 7 avril 2019, une rencontre avec les cadres de la Direction Générale de la Pêche et de l’Aquaculture au siège de la DGPA sise à Alger.

Au cours de cette rencontre, Monsieur le ministre a relevé l’importance du secteur de la Pêche et de l’Aquaculture dans le développement et la diversification de l’économie national. Le secteur de la pêche est prometteur et il existe un grand potentiel qui peut être  exploité et d’une manière durable.

Monsieur le Ministre a appelé les cadres de la pêche à démocratiser l’activité de l’aquaculture et la rendre accessible à tout un chacun pour encourager son intégration et introduire d’autres formes d’élevage intensif de poissons avec le soutien de la recherche et de la vulgarisation.

Dans le même sillage, Monsieur le Ministre a insisté sur la préservation et l’amélioration des conditions socioprofessionnelles des acteurs, la contribution au développement d’une économie nationale en préservant le patrimoine national, le respect des normes environnementales et la protection du pouvoir d’achat des consommateurs.

Par ailleurs, Monsieur le Ministre insisté sur la formation des jeunes dans le secteur de la pêche qui représente une base de la modernisation. Il a appelé à cet effet, à la poursuite de cycles de formation des jeunes et de mettre tout les moyens à leurs profit afin de développer le secteur.

D’autre part, Monsieur le Ministre a fait remarquer l’intérêt croissant des agriculteurs pour les activités aquacoles en parallèle de l’agriculture, il a appelé dans ce sens, les cadres du secteur de la pêche à être à l’écoute de ces derniers à travers l’accompagnement et des facilitations afin de développer l’aquaculture.

Notons que la  production nationale en poissons, qui a atteint plus de 120.000 tonnes durant l’exercice 2018, pourrait s’accroître à 180.000 tonnes avec le développement de la pêche aquacole.