Rencontre avec les responsables de la société d’investissement dans le bâtiment et l’agriculture « ATLAS »

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter

Monsieur Chérif OMARI, Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, a reçu en audience, le lundi 11 mai 2020, au siège du ministère, des responsables de la société d’investissement dans le bâtiment et l’agriculture « Atlas », en  présence de Monsieur Foued CHEHAT, Ministre Délégué Chargé de l’Agriculture Saharienne et des Montagnes, ainsi que de cadres du ministère et d’experts  dans l’investissement agricole.

Au cours de cette réunion, les responsables de la société Atlas ont présenté un projet d’investissement dans l’agriculture saharienne, qu’elle a réalisé dans la région de « kasi Touil » dans la wilaya de Ouargla, et ce, concerne la production de blé, de betteraves, de tournesol et de maïs. La société est en phase d’effectuer d’autres expériences, telles la production du coton et de la canne à sucre.

Le projet intégré, dont les travaux de réalisation avaient débuté en 2018 s’étend sur une superficie de 11000 hectares, 1000 hectares sont actuellement exploités, 600 hectares consacrés la production de blé tendre.

Par ailleurs, après avoir suivi l’exposée et pris connaissance des objectifs et des perspectives du projet, notamment en ce qui concerne la création d’une unité de transformation de  production de sucre dans la région, monsieur le ministre a mis l’accent sur la nécessité de garantir toutes les facilitations et l’encadrement nécessaires au succès de ce genre d’investissement dans le cadre de la loi en vigueur.

Dans ce cadre, monsieur OMARI a  évoqué les opportunités offertes par l’investissement dans l’agriculture, notamment dans le sud et les hauts plateaux, notamment que l’Algérie comptait réduire les matières premières destinées à l’agroalimentaire stratégique  (céréales, sucre, huile et des aliments de bétail) actuellement importées, car la matière première est considérée comme une porte d’accès au marché africain par l’exportation.