Réunion de concertation avec le Conseil national interprofessionnel de la filière Ail et Oignon

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter

Monsieur Chérif OMARI, Ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, a présidé lundi 22 avril 2019, une réunion de concertation avec le Conseil national interprofessionnel de la filière Ail et Oignon, consacrée au développement de la production nationale, à l’organisation de la filière ainsi qu’aux perspectives d’exportation.

Lors de cette réunion, à laquelle ont pris part les directeurs centraux concernées, les responsables de l’Office national interprofessionnel des légumes et viandes (ONILEV) et les membres du Conseil, Monsieur le ministre a salué d’emblée l’exploit réalisé par la filière, grâce à laquelle, l’Algérie n’a pas importé d’ail cette année.

Cet acquis, a ajouté Monsieur le ministre, résulte de l’appui et de l’accompagnement des pouvoirs publics à cette filière, mais aussi des efforts investis par les producteurs qui ont relevé le défi de l’autosuffisance. Il a souhaité, à ce propos que la filière se structure davantage pour aller vers l’exportation.

Après avoir écouté les préoccupations des différents acteurs de la filière, Monsieur OMARI, a donné des instructions pour faciliter les procédures de création de coopératives, et ce, afin de permettre à ces professionnels de s’organiser et de trouver des solutions à leurs problèmes notamment en ce qui concerne la mécanisation, le stockage, l’approvisionnement en semences et intrants voire même l’organisation de l’exportation.

Concernant l’approvisionnement du marché en prévision du mois de Ramadhan, Monsieur le ministre a suggéré aux membres du conseil interprofessionnel de contribuer au dispositif des prix de référence de l’ail et de l’oignon afin d’éviter toute spéculation pour les consommateurs et d’épargner d’éventuelles pertes aux agriculteurs.

Monsieur le ministre a appelé également à encourager les investissements privés dans le stockage sous froid et la transformation de l’ail car les capacités actuelles ne sont pas suffisantes pour absorber la forte production.

Il a demandé aussi aux producteurs de travailler en synergie avec les instituts techniques pour développer la production nationale de la semence d’ail et d’oignon afin de réduire les importations.