Réunion tenue par la Commission de l’Agriculture, de la Pêche et de la Protection de l’Environnement

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter

La commission de l’agriculture, de la pêche et de la protection de l’environnement, présidée par monsieur Ammar JILANI, président de la commission, le 10 mars 2020, a tenu une réunion avec le ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, monsieur Chèrif OMARI, et le ministre délégué chargé de l’agriculture Saharienne et des Montagnes, monsieur Fouad CHEHAT, en présence du ministre des Relations avec le Parlement, madame Basma AZOUAR.

le ministre de l’Agriculture et du Développement Rural monsieur OMARI a affirmé que le développement du secteur agricole figurait parmi les principaux axes du Plan d’action du Gouvernement, soulignant que sa rencontre avec la Commission de l’agriculture était l’occasion pour débattre du plan d’action du secteur en cours d’adoption par le ministère et le Gouvernement. Il s’agit d’une démarche s’inscrivant dans le cadre d’un plan global pour le développement du secteur 2020-2024, portant sur 3 principaux axes à savoir la modernisation de l’agriculture, la redynamisation de l’agriculture saharienne et l’agriculture montagneuse.

Monsieur le ministre a déclaré que le secteur de l’agriculture compte 140,1 millions d’hectares répartis sur 32,7 millions d’hectares de pâturages, 4,1 millions d’hectares de forêts et 2,8 millions d’hectares d’alfa, alors que les superficies cultivables s’élèvent à 8,5 millions d’hectares.

Le ministre a indiqué que l’agriculture contribue à hauteur de 12% dans le produit intérieur brut (PIB) et assure 2,6 millions d’emplois permanents. Le taux de croissance dans le secteur s’est élevé à 4,2% en 2019 pour une valeur de production de 3497 milliards de DA, couvrant ainsi les besoins nationaux à hauteur de 73%,

La production obtenue en céréales atteignant 56 millions quintaux, dont 27 millions de quintaux collectés, ce qui a conduit à la suspension des importations de blé dur et d’orge depuis avril 2019, la production de légumes secs a atteint 1,36 million de quintaux, les dattes 11,3 millions de quintaux , agrumes 15,8 millions de quintaux, viande rouge 5,2 millions de quintaux, viande blanche 5,7 millions de quintaux et lait 3,3 milliards de litres.

Le Ministre souligné les réalisation de 2019, l’élargissement des surfaces irriguées à 1,4 millions ha, la réalisation de 737 unités sous forme de forage et puits et 23 bassins pour l’irrigation agricole, outre l’installation de 290 unités d’éclairage avec l’énergie solaire et le désenclavement d’un grand nombre de zones agricoles en pavant 807 km de voies

En matière de protection des ressources naturelles, de valorisation et de protection des steppes et des pâturages, il a été procédé à la plantation d’un rayon de 817.936 ha dans le cadre du Plan national de reboisement (PNR) où plus de 10 millions d’arbres ont été jusque-là plantés sur un total de 43 millions d’arbres visés, et au lancement du projet d’extension et de maintien du barrage vert.

Evoquant le foncier agricole, le ministre a fait savoir que le droit de concession a bénéficié depuis sa promulgation en 2010 à près de 201.210 exploitants agricoles, dont 177.777 décisions d’attribution accordées à hauteur de 88%. De plus, un total de 453.000 hectares de terres inexploitées ont été récupérées en vue de leur redistribution et 190.000 autres hectares soumis aux mesures de récupération ont été recensés.

Par ailleurs, le ministre a fait état d’un nouveau système de financement agricole, de l’orientation de l’aide vers les activités productrices et de la création d’unités de recherche au niveau du ministère et des instituts techniques, équipées en moyens scientifiques et techniques.

Evoquant les perspectives, le ministre a insisté sur la nécessité de s’orienter vers un développement agricole efficace et la mise en place d’une politique agricole durable, outre le renforcement de la sécurité alimentaire en recourant aux nouvelles technologies par le biais des start-up.

Le plan vise la modernisation des programmes de production des semences, des plantations et des plants, le renforcement des systèmes de veille sanitaire, l’exploitation rationnelle du foncier agricole, la facilitation du lancement des projets d’investissement de la mise en valeur des terres et l’encouragement de l’investissement dans les grands projets agricoles, a précisé le ministre.

le ministre délégué chargé de l’agriculture saharienne et des montagnes, Foued CHEHAT a mis l’accent sur l’importance du contact direct avec l’agriculteur en l’impliquant dans l’élaboration des projets et leur mise en œuvre sur le terrain selon la spécificité de chaque région, a indiqué que l’objectif primordial à atteindre au niveau des régions sahariennes est de s’orienter vers l’utilisation des nouvelles techniques, l’exploitation rationnelle de l’énergie et des eaux, en sus du développement de l’énergie solaire.

Pour les régions montagneuses, le ministre délégué dira que la priorité consiste en l’adoption d’une méthode de travail impliquant directement les acteurs du secteur, outre l’utilisation des ressources inexploitées jusqu’à ce jour qui s’élèvent à 3.5 millions hectares.

Un autre député s’est interrogé sur le dysfonctionnement qui entrave toujours la concrétisation de la sécurité alimentaire dans les produits agricoles de base, avant d’aborder une série de problèmes dont pâtit l’agriculteur, tels le problème du foncier, la main d’œuvre, la gestion, la bureaucratie et la subvention qu’il estime comme principal entrave au développement du secteur.

De leur côté, les membres de la commission ont soulevé un certain nombre de préoccupations et de questions concernant le secteur.

De son côté, un autre membre de la commission s’est interrogé sur la poursuite par l’Algérie de l’importation des semences dont la production locale est inexistante, en sus de l’absence d’une banque de données fournissant des statistiques exactes sur la production. Appelant à orienter la subvention vers ses véritables bénéficiaires, un autre député a abordé la question de distribution des actes de concession et les multiples entraves administratives se dressant devant l’investissement agricole.